Verso commun aux candidat.e.s décroissant.e.s

Pour télécharger affiche, recto et verso communs, c’est ici

*

La Décroissance, c’est le bon sens.

Respecter les limites de la nature → Nous n’avons qu’une Terre

  • Relocaliser les activités industrielles et agricoles, pour vivre avec des ressources renouvelables de proximité,

  • Assurer la souveraineté alimentaire des territoires, mettre en place des ceintures vivrières et réorienter l’agriculture vers des systèmes de polyculture élevage, pour nourrir les villes proches,

  • Arrêter les nucléaires civils et militaires, sortir des énergies fossiles, diminuer fortement la consommation globale d’énergie et d’objets,

  • Préserver la diversité des écosystèmes et des espèces

  • Renoncer aux politiques natalistes et de croissance démographique

Combattre le déferlement technologique → « On n’arrête pas le progrès », et c’est bien le problème

  • Alerter les populations sur les dangers du déferlement technologique, destructeur du lien social, en commençant par protéger la jeunesse du tout numérique à l’école

  • Stopper les grands projets inutiles et imposés d’infrastructures aériennes, portuaires, routières et de TGV, mais rouvrir les gares, les ports fluviaux, les lignes de trams et de bus – favoriser les déplacements lents,

  • Empêcher l’obsolescence programmée par des productions utiles, durables, réparables et réutilisables – instaurer une garantie pièce et main d’œuvre (20 ans) – lutter contre la publicité.

  • Orienter la recherche vers des techniques simples, transparentes et conviviales

Partager → Moins de richesse, c’est moins de misère

  • Faire décroître les inégalités : mettre en œuvre un écart maximum de 1 à 4 entre les revenus du travail, supprimer les revenus du capital et du patrimoine.

  • Travailler moins : semaine de 4 jours, droit au temps partiel choisi, organiser la contribution de chacun, selon ses moyens, aux tâches collectives,

  • Mettre en débat un revenu inconditionnel. Instaurer une retraite égale pour tous et allocation jeunesse dès 18 ans.

Sortir du libre-échange → « Le nomadisme planétaire n’est pas une solution à la misère des peuples »

  • Sortir de tous les traités de libre-échange pour définir un protectionnisme solidaire : limiter les importations, instaurer des droits de douanes, relocaliser

  • Taxer les marchandises selon l’utilité sociale et écologique, la manière de produire, de vendre, de recycler pour favoriser les productions durables de qualité, par des coopératives ou de petites entreprises,

  • Maîtriser la monnaie : sortie de la monnaie unique, nationaliser les banques, soutenir des monnaies locales et régionales, annuler les dettes illégitimes au Sud comme au Nord,

  • Sortir des fables libérales sur la « liberté de circuler » qui justifient l’errance économique au service de l’exploitation salariale. Arrêter la destruction des territoires au nom du développement pour permettre à chacun de vivre là où il a choisi de vivre, y compris dans son pays,

Repolitiser la société → La politique, ce n’est pas une profession

  • Lutter contre l’oligarchie financière et politique qui détruit la nature et les sociétés,

  • Redéfinir le statut de l’élu pour empêcher tout cumul de mandat et tout carriérisme,

  • Inventer une démocratie basée sur des bassins de vie,

  • Créer des assemblées populaires, tirées au sort, avec droit de veto, à côté de chaque assemblée d’élus

La croissance c’est le non-sens