Démographie et écologie, le sujet tabou

Conférence-débat

le jeudi 15 mai de 19 h à 21 h au 8 rue de la banque – 75002 PARIS

salle des expositions (1er étage de la Mairie du 2e arrondissement) – métro Bourse

Démographie et écologie ne font pas pour l’instant bon ménage. Les démographes ne s’occupent que de population et chiffrent les perspectives en attendant un miracle : la transition démographique. Les écologistes se préoccupent de l’état désespéré de la planète mais ne veulent pas incriminer la population : ainsi le parti Europe Ecologie – Les Verts (EELV) ignore ostensiblement la question démographique. C’est pourquoi la conférence-débat « Démographie et écologie, le sujet tabou » peut aider à une prise de conscience : démographie et écologie sont inextricablement liées, qu’on veuille le reconnaître ou non.

Animateur des débats : unE membre de l’association organisatrice JNE (Journalistes pour la nature et l’écologie)

Intervenants :

  • Denis Garnier, représentant de l’association « démographie responsable »
  • Gilles Pison, démographe, membre de l’INED
  • Michel Sourrouille, coordinateur du livre « l’urgence écologique de repenser la démographie »
  • Christian Sunt, représentant du Mouvement des objecteurs de croissance

(entrée libre, mais nombre de places limité)

 

Le mode d’existence de l’humanité en tant qu’espèce vivante doit s’inscrire dans ce que nous appelons « espace écologique », c’est-à-dire la limitation de tous nos projets entre un plancher et un plafond. Pour nous la liberté ne consiste pas à franchir sans cesse les limites mais à vivre en commun dans les limites de l’équilibre des écosystèmes.

C’est donc bien toute une organisation sociale en tant que telle dont nous rêvons. Pour vivre dignement, la simple « juste redistribution des richesses » ne suffit pas si on ne redéfinit pas les besoins, leur mode de production (de l’aval des « ressources » à l’amont des « déchets ») et les limites que la préservation de nos écosystème nous imposent. Quand au partage de ces biens et des tâches (en particulier les plus pénibles), il doit se faire dans un souci d’égalité des revenus, pour tous, par une diminution du temps de travail, par la gratuité d’accès et d’usage et non dans un modèle de mise en concurrence de tous par tous.

AAA : le drame est-il celui qu’on croit ?

Vendredi 13 janvier la France a vu sa note AAA dégradée à AA+. Cette décision est ressentie comme un drame par tous les économistes, politiques et médias de tous bords.
Le réel drame ne serait-il pas ailleurs ? Que signifie cette réaction générale de panique ? Il faut croire que chacun a intégré les règles financières actuelles comme étant naturelles et immuables. Au point de se résigner à subir ses dysfonctionnements et à se soumettre à ses pseudo-solutions, au lieu de remettre en question le système monétaire et financier.
Au premier abord, cette rétrogradation signifie que la solvabilité de la France est jugée à la baisse. En effet, la dette est équivalente aujourd’hui à 80% du PIB, alors qu’elle était de 8% à la fin des années 70. Elle signifie aussi que la France ne pourra emprunter sur les marchés des capitaux qu’à des taux d’intérêt encore plus élevés.
Le drame, c’est que le milieu médiatico-politique ne réinterroge pas l’origine structurelle de cette dette soumise à la machine économique et dont les conséquences sociales, environnementales, et anthropologiques sont dramatiques. Lire la suite

Stop à la voiture

L’automobile est un enjeu majeur de la Décroissance tant elle est symbolise la société capitaliste et caractérise le mode de vie occidental qui est en passe de se généraliser à l’échelle mondiale. Moyen de transport individuel, elle symbolise l’individualisme forcené de notre société.

Ces trois textes, de Christophe Ondet, sont largement inspirés du travail de Carfree. Ils sont imparfaits. Toutes les remarques et suggestions sont les bienvenues

  1. Pollutions et nuisances, directes et indirectes
  2. Sortir de l’automobile, c’est revoir les fondements même de notre société
  3. Compléments mis en ligne en août 2009 repris par Carfree ici

lire les textes en ligne ci-dessous : Lire la suite