La liste Europe Décroissance Ile-de-France est candidate aux élections européennes du 25 mai prochain

ppld+mocComme en 2009, les décroissants présentent cinq listes aux élections européennes cette année.

Tous les jours, économistes et hommes politiques de tous bords nous assènent un double message : le retour de la croissance est possible et cette croissance est la condition du bonheur.
Or le credo de la croissance infinie se heurte aux limites physiques des ressources de la planète. Tous les grands équilibres environnementaux (eau, air, climat) sont « dans le rouge » et les solutions techniques pour les contourner ne sont que pures chimères. Les technologies de non-retour, telles le nucléaire, rendent, avec ses accidents, avec ses déchets, des territoires entiers impropres à la vie. Autrement dit la croissance ne peut pas revenir et même si elle revenait elle nous conduirait encore plus vite vers un effondrement.
Le projet de la décroissance pose que tous les problèmes doivent être repensés à la base, à partir du respect de la nature. Nous ne disposons pas de planète de rechange.

Si l’humain prime sur les marchés et sur la Finance, il est possible de faire mieux avec moins. Nous proposons ainsi, à titre d’exemple, et pour les mesures pouvant avoir une déclinaison européenne :
1) Dans le domaine institutionnel : une rupture avec l’Europe technocratique, où les « experts » qui dirigent, agissent dans l’ombre et avec le soutien des lobbies ; une rupture avec cette Union Europénne dominée par l’intérêt des banques commerciales et organisée autour de grands pôles de compétitivité ; une rupture avec l’Europe de la concurrence, avec l’Europe de la guerre (qui attise le feu en Ukraine par exemple) ; la limitation du cumul des mandats électifs ; un soutien actif à ce qui fait la culture européenne et notamment la diversité linguistique contre l’impérialisme de l’anglais.
2) Pour l’économie, nous visons l’autosuffisance alimentaire, la relocalisation des productions et des consommations en privilégiant les circuits courts, une agriculture paysanne, locale, biologique, sans entrants chimiques, sans OGM, sans agro-carburants. A l’heure du « peak oil », il faut sortir du pétrole et de son monde, cause principale des émissions de gaz à effet de serre. Repensons en conséquence tout ce qui concerne la mobilité et le commerce longue distance.
3) Une sortie d’urgence des nucléaires (civil et militaire) et une rupture radicale avec la politique guerrière et coloniale française (comme en Libye, au Mali, en Syrie, en Centrafrique).
4) La mise en œuvre de mesures de partage des ressources au niveau planétaire pour éviter les déplacements contraints des populations et l’errance économique pour que la misère ne suscite plus l’émigration. A titre d’exemple, les populations des pays du Sud, sans revenus et sans perspectives, s’exilent vers les pays du Nord qui entretiennent corruption et pillage des ressources de leur pays d’origine.
Pour une Europe sobre et responsable, il s’agit de changer de cap avant qu’il ne soit trop tard.

Circulaire d’ED-IDF : http://ocparis.canalblog.com/
Voir la liste Europe-Décroissance Ile-de-France : http://elections.interieur.gouv.fr/ER2014/07/07L009.html
Plus d’informations sur nos sites : http://decroissance-elections.fr/

 

La liste Europe décroissance Ouest est candidate aux élections européennes du 25 mai prochain

 .Pour des politiques de décroissance ! Stop aux économistes vraiment à l’ouest !

« Le meilleur moyen de ne pas avancer est de suivre une idée fixe. » disait Jacques Prévert. Cette idée fixe c’est la croissance.

Depuis la ppld+mocfin de la seconde guerre mondiale, cette croissance n’a cessé d’être développée avec son corollaire d’explosion d’inégalités (67 milliardaires ayant l’équivalent de la richesse de 3,5 milliards d’humains) et la catastrophique croissance des problèmes écologiques (pollutions du sol, de l’air, de l’eau) et leurs impacts sur la santé des êtres humains (cancers, maladies professionnelles, malnutrition).

« Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. » analysait Kenneth E. Boulding. Nous avons donc la joie de vous annoncer, sur les recommandations de la NASA que la décroissance sera portée dans le débat des élections européennes de mai 2014 avec la présence de 5 listes et notamment une dans l’Ouest.

Avec Antoine de St-Exupéry, nous rappellerons que : « On n’hérite pas la terre de nos ancêtres, on l’emprunte à nos enfants ».

Aussi pour le mois qui vient, nous sommes à votre disposition pour toute interview qui permettra d’alimenter le débat démocratique.

Liste Europe-Décroissance Ouest
Élections européennes du 25 mai 2014
1 Caroline BOUISSOU, 50 ans, artiste (85)
2 Philippe CHARREYRON, 52 ans, Ingénieur-conseil (85)
3 Céline LECHEVALIER, 36 ans, comptable (35)
4 Arthur HANON, 26 ans, assistant d’éducation (22)
5 Christina BIELINSKI, 45 ans, secrétaire (44)
6 Vincent CARRIER, 41 ans, enseignant (86)
7 Marie-Françoise BOUTIN, 62 ans, retraitée cuisinière (85)
8 Franck BEILLOUIN, 46 ans, assistant d’éducation (79)
9 Chantal MOREAU, 60 ans, retraitée enseignante (44)
10 Mohamed BOUKENTAR, 54 ans, musicien (85)
11 Dominique BRAUD, 69 ans, retraitée (85)
12 Jean-Yves RENOUF, 67 ans, retraité maître-nageur(44)
13 Colette KREMER, 78 ans, retraitée conseillère juridique (85)
14 Jacques BRAUD, 70 ans, retraité enseignant (85)
15 Marie-Josée FREUND, 66 ans, retraitée (85)
16 Luc BLET, 41 ans, Enseignant (35)
17 Maria KOLEVA, 74 ans, cinéaste jusqu’à sa mort par manque de moyens et par désir de donner la parole au Peuple (75)
18 Thomas GARDE, 46 ans, enseignant (85)

http://elections.interieur.gouv.fr/ER2014/02/02L009.html

Appel à candidature pour les élections européennes Grand-Est

Appel pour une rupture écologique lors des élections européennes

vers une relocalisation ouverte, des coopérations interrégionales et la souveraineté des peuples

moc+ppld
La société de croissance accumule toutes les impasses : économique, environnementale, sociale, culturelle et politique. L’absurdité de ce modèle de société n’est plus à démontrer tant les inégalités sont devenues flagrantes, le mal-être de croissant et les désastres industriels, sociaux et/ou écologiques, presque quotidiens. La croissance n’est pas la solution. La croissance est le problème.

En parallèle, nous assistons à une transition en marche. La prise de conscience augmente et l’émergence d’alternatives concrètes connaît une forte dynamique. La société civile regorge de citoyens sensibles à la dégradation de notre monde et aux déséquilibres éco-systémiques. Ils soutiennent des expérimentations sociales et/ou vont se présenter aux élections en 2014.C’est pourquoi les élections européennes, au-delà des logiques électoralistes des appareils politiques, représentent une bonne occasion :

  • Pour remettre l’économie à sa place, au service de la société : pour l’instauration d’une monnaie commune à forte capacité de régulation et la mise en place de monnaies locales et régionales complémentaires
  • Pour une relocalisation ouverte : afin d’initier une transition vers de nouveaux modèles de sociétés soutenables, justes et démocratiques, nous soutenons une relocalisation de nos activités économiques et de nos décisions dans une logique d’espaces écologiques (qui redéfinit les besoins entre un plancher et un plafond).
  • Pour mettre en avant la décroissance des inégalités : par la mise en place d’un revenu pour touTEs (sous la forme d’une Dotation d’autonomie ou d’un Revenu inconditionnel), adapté à chaque territoire, et couplé à un Revenu Maximum Acceptable (RMA).

C’est d’une rupture écologique dont l’Europe a besoin !

Dans une logique de convergence, nous appelons à la constitution de listes ouvertes dans chacune des grandes régions européennes, à construire une autre coopération entre les peuples, en mettant nos décideurs face à leurs contradictions et à faire campagne : cette élection est l’occasion de s’intéresser, de mettre en réseaux, de rencontrer et surtout d’initier des démarches, initiatives, idées et collectifs avec les habitants. La résistance, l’expérimentation c’est maintenant !

Merci de bien vouloir faire suivre cet appel


moc+ppld

Une campagne pour la Décroissance dans le Grand-Est

Nous recherchons en France,

18 candidats soit 9 femmes et 9 hommes

pour l’Alsace, Bourgogne, Champagne Ardennes, Franche-Comté, Lorraine
Vous pouvez habiter ou être inscrit ailleurs que dans les régions citées (y compris à l’étranger)

Merci de nous communiquer votre accord par retour de mail

avec vos nom / prénom / sexe / âge / inscription ou non sur liste électorale / accord éventuel pour être porte-parole

Tirage au sort des candidats la semaine du 1° mai
Calendrier

Dépôt de la liste à Paris,

il faut un mandataire parisien pour déposer la liste en préfecture > merci de vous signaler

Date limite de dépôt de la demande de campagne audiovisuelle le 20/25 avril (estimation)

Ouverture du dépôt de la liste le 28 avril (estimation)
Limite de dépôt de la liste le 9 mai (estimation)
Ouverture de la campagne le 12 mai (estimation)
Scrutin le 25 mai
Autres demandes
Un mandataire financier dans le Jura pour faciliter l’organisation
> merci de vous signaler (campagne à zéro euro)

Un porte parole (au moins) par région voire par département pour relancer et solliciter les médias
> merci de vous proposer

En savoir plus
cf. mémento de 2009
Sur la déclaration de candidature (en attendant le mémento 2014) – voir p. 8
Sur les incompatibilités – voir p. 39

moc+ppld

Réunion nationale pour les Européennes, à Paris le samedi 5 avril 2014

CherEs militantEs et sympathisantEs de la Décroissance,

Comme vous tous, nous souhaitons faire progresser les idées de la Décroissance en touchant un public toujours plus large, et l’occasion des élections européennes représente une belle opportunité ! Forts de notre expérience de 2009, nous tenterons de présenter des listes dans le plus grand nombre de régions, d’organiser des débats, de rédiger des tracts, de réaliser des affiches et de diffuser un clip de campagne sur les chaînes nationales de la télévision. Pour y parvenir, nous avons besoin du concours de tous et toutes, activez vos réseaux !

Nous vous proposons de nous retrouver le samedi 5 avril 2014, de 14 h à 18 h dans la salle du premier étage du café « Le bon Pêcheur », rue des Prêcheurs, Paris 1er, métro ou RER « Châtelet-les Halles » afin de poursuivre notre organisation (dans la continuité des réunions de Notre-Dame des Landes et de Lyon) et d’échanger sur notre participation aux européennes.

Ordre du jour indicatif (à compléter et préciser, envoyez vos suggestions à decroissance-elections-coordination@lists.riseup.net ) :
– discussion sur le programme,
– matériel de campagne,
– inscriptions sur les listes de candidature,
– mode d’emploi du dépôt des listes en préfecture,
– ect.

Puis, en fin de journée, concert-surprise !

En espérant mener une campagne dynamique et joyeuse,

ppld+moc

Pas de RI sans RMA, pas de plancher sans plafond

Depuis l’été 2011, le MOC auto-édite et auto-imprime une petite collection de courts fascicules (d’une trentaine de pages) :

  • Il y a dans chaque fascicule au moins deux textes de deux auteurs différents
  • les deux textes proposent une réflexion convergente


Pourquoi instaurer un revenu inconditionnel, de Baptiste Mylondo + Pas de revenu inconditionnel sans revenu maximum acceptable, de Michel Lepesant.

Eventail_sUn « revenu » est ce qui « revient ». Le revenu inconditionnel (RI) signifie donc que, dans une communauté politique, ce que chaque membre apporte, quelle que soit la forme de son utilité sociale, doit lui revenir inconditionnellement, de la naissance à la mort, sans aucune contrepartie.

Pour les décroissants, qui est la seule mouvance politique qui place le RI au cœur de ses revendications, et pas simplement en position de gadget électoral, n’est-il pas légitime d’articuler le RI – défini comme un « socle » ou un « plancher » – avec un revenu maximum acceptable (RMA) – défini alors comme un « plafond » ?

Appel pour une rupture écologique avec l’Union Economique Européenne

Appel aux décroissants, antiproductivistes, anticapitalistes pour une rupture écologique avec l’Union Economique Européenne
vers une relocalisation ouverte, des coopérations interrégionales et la souveraineté des peuples
Merci de bien vouloir faire suivre cet appel

moc+ppld

La société de croissance accumule dramatiquement toutes les catastrophes : économique, environnementale, sociale, culturelle et politique. L’absurdité de ce modèle de société n’est malheureusement plus à démontrer tant les inégalités sont devenues flagrantes, le mal-être de plus en plus insoutenable et les désastres industriels, sociaux et/ou écologiques, presque quotidiens. La Croissance n’est pas la solution. La Croissance est le problème.

En parallèle, nous assistons à une transition qui est déjà en marche. Malgré l’impasse dans laquelle nous mène le système capitaliste et les stratégies d’adaptation qu’il développe pour sa propre survie (greenwashing,  « développement durable », « croissance verte », « économie circulaire »), la prise de conscience de l’impasse dans laquelle nous sommes augmente et l’émergence d’alternatives concrètes connaît une forte dynamique.

La société civile regorge de simples citoyens, de scientifiques, d’universitaires et militants associatifs et politiques, sensibles à la dégradation de notre monde et aux déséquilibres éco-systémiques créés. Ils continuent de tirer la sonnette d’alarme, soutiennent des expérimentations sociales et/ou vont se présenter aux élections en 2014.C’est pourquoi les élections européennes, au-delà des logiques électoralistes des appareils politiques, représentent une bonne occasion :
  • Pour remettre l’économie à sa place, au service de la société : refuser l’impasse technocratique, oligarchique et productiviste dans laquelle se trouvent les institutions européennes : pour une annulation des dettes publiques, pour  la suppression de la monnaie unique et l’instauration d’une monnaie commune, le droit des peuples à l’émission monétaire, et la mise en place de monnaies locales complémentaires
  • Pour une relocalisation ouverte : afin d’initier une transition démocratique et sereine vers de nouveaux modèles de sociétés soutenables, justes et démocratiques, nous soutenons une relocalisation de nos activités économiques et productives et de nos décisions en s’appuyant sur une logique d’espaces écologiques (qui redéfinit les besoins entre un plancher et un plafond). C’est évidemment la solidarité et la coopération entre les territoires et l’ouverture culturelle qui alimentera une telle relocalisation
  • Pour mettre en avant que la première des décroissances c’est la décroissance des inégalités : par la mise en place d’un revenu pour touTEs (sous la forme d’une Dotation d’autonomie ou d’un Revenu inconditionnel), adapté à chaque territoire, couplé à un Revenu Maximum Acceptable (RMA). Et immédiatement , nous proposons une retraite d’un montant égal pour touTEs , dès 60 ans, suffisant pour assurer une vie décente

C’est d’une rupture écologique dont l’Europe a besoin :

  • dans une logique de convergence, nous appelons à la constitution de listes ouvertes dans chacune des grandes régions européennes. Ainsi nous vous invitons toutes et tous à aller à la rencontre de partenaires locaux susceptibles d’adhérer à notre plateforme ;
  • appel à une réflexion citoyenne sur les programmes des partis de gouvernement : être présents et critiquer mais aussi proposer : construisons le projet pour une autre coopération entre les peuples, en mettant nos décideurs face à leurs contradictions ;
  • faire campagne à l’échelle européenne : cette élection est l’occasion de s’intéresser, de mettre en réseaux , de rencontrer et surtout  d’initier  des démarches, initiatives, idées et collectifs avec les habitants des autres régions et pays. La résistance, l’expérimentation c’est maintenant !

 Merci de bien vouloir faire suivre cet appel

Pour nous rejoindre à la réunion de Grigny (69) du 27 octobre, veuillez vous faire connaitre : clic

Pour recevoir nos informations veuillez remplir le formulaire ci-dessous ou contacter decroissance-elections-coordination[-]lists.riseup.net.

[contact-form-7 id= »777″ title= »Lyon-2013″]

Le Collectif Décroissance Élections

 

ppldmoc_x

http://decroissance-elections.fr/
decroissance-elections-coordination[A]lists.riseup.net

 

Appel municipales-Décroissance 2014

Appel municipales-Décroissance
Pour une réappropriation de la démocratie de proximité
Merci de bien vouloir faire suivre cet appel

ppld+moc

La société de croissance accumule dramatiquement toutes les catastrophes : économique, environnementale, sociale, culturelle et politique. 56% de croissance du PIB en 30 ans ont conduit à un doublement du chômage en France et à une destruction encore plus avancée de la nature dans le monde entier. L’absurdité de ce modèle de société n’est malheureusement plus à démontrer tant les inégalités sont devenues flagrantes, le mal-être de plus en plus insoutenable et les désastres industriels, sociaux et/ou écologiques, presque quotidiens. La Croissance n’est pas la solution. La Croissance est le problème.

En parallèle, nous assistons à une transition qui est déjà en marche. Malgré l’impasse dans laquelle nous mène le système capitaliste et les stratégies d’adaptation qu’il développe pour sa propre survie (greenwashing,  « développement durable », « croissance verte », »économie circulaire »), la prise de conscience de l’impasse dans laquelle nous sommes augmente et l’émergence d’alternatives concrètes connaît une forte dynamique.
La société civile regorge de simples citoyens, de scientifiques, d’universitaires et militants associatifs et politiques, sensibles à la dégradation de notre monde et aux déséquilibres éco-systémiques créés. Ils continuent de tirer la sonnette d’alarme, soutiennent des expérimentations sociales et/ou vont se présenter aux élections en 2014.
.

Les élections municipales, bien au-delà des logiques électoralistes des appareils, représentent en effet une opportunité :
– Pour plus d’autonomie : se rencontrer localement dans le but de créer et renforcer les alternatives concrètes et ainsi se réapproprier nos choix de vie, nos productions, de nouveaux systèmes économiques et donc la démocratie : monnaies locales, jardins partagés, villes en transition, ateliers vélos, ressourceries, systèmes d’échanges, ventes directes, etc.
– Pour plus de convivialité : réfléchir ensemble à un projet de transition : quelles politiques pour l’eau, la nourriture, le logement, les énergies, la santé, les transports, l’urbanisme, les déchets, les relations intergénérationnelles, la culture, les médias, etc.
– Pour changer la société sans prendre le pouvoir : créer des contre-pouvoir non pas pour que les politiques fassent à la place du citoyen, mais pour que les politiques permettent aux citoyens de se réapproprier la politique.
Pour soutenir et organiser les résistances et initier des expérimentations sociales et écologiques : reprendre la maitrise commune et publique  du foncier, s’opposer  à la spéculation immobilière, préserver les terres vivrières, reconquérir les centres villes, en refuser l’expulsion des plus pauvres,généraliser la gratuité des transports publics de proximité, faire de nos villes des territoires d’accueil et non de discrimination, maitriser nos besoins énergétiques et alimentaire…. La résistance c’est ici et maintenant !

 Ainsi, dans le respect de la diversité des approches et des stratégies, qui fait la richesse du mouvement de la Décroissance, lançons différents appels, dépendant des spécificités locales :
– Appel à la constitution de listes municipales ouvertes « Pour la réappropriation de la démocratie de proximité ».
– Appel à la création de collectifs politiques en allant à la rencontre de celles et ceux qui sont déjà engagés dans la transition afin de s’organiser en réseaux de contre-pouvoir post électo
raux et ainsi ainsi contrôler l’activité des élus.
– Appel à une réflexion citoyenne sur les programmes des candidats : être présents et critiquer mais aussi proposer : construisons le projet.

Nous nous proposons de relayer, soutenir et aider toutes les initiatives en cohérence avec notre plateforme de convergence et s’inscrivant dans cette démarche.

Nous mettrons à disposition pour celles et ceux qui le souhaitent des documents relatifs aux règles de participation aux élections (memento du candidat), la mise en commun d’expériences autour d’alternatives concrètes, lieu d’eSpérimentations de ce que pourraient être demain des société d’a-croissance :  démocratiques, sereines, autonomes, conviviales et soutenables.

Merci de bien vouloir faire suivre cet appel

Pour nous rejoindre à la réunion de Grigny (69) du 27 octobre, veuillez vous faire connaitre : clic

Pour recevoir nos informations veuillez remplir le formulaire ci-dessous ou contacter decroissance-elections-coordination[-]lists.riseup.net.

[contact-form-7 id= »777″ title= »Lyon-2013″]

Le Collectif Décroissance Élections

http://decroissance-elections.fr/
decroissance-elections-coordination[A]lists.riseup.net

La démocratie, sans illusion, sans attendre

Contribution de Michel Lepesant au dossier du numéro 7 de Moins !, journal romand d’écologie politique : « Faut-il sauver la démocratie ? »

Une distinction claire entre « décroissance » et « objection de croissance » permet de lever certains malentendus avec la politique. L’objection de croissance est une conviction critique qui prend clairement conscience qu’économiquement la croissance n’est pas la solution mais juste le problème. La « décroissance » ajoute une responsabilité : celle de la transition politique pour passer d’une société de croissance à des sociétés d’a-croissance. La « décroissance » n’est donc pas un « projet » de société mais juste le nom d’un « trajet » politique. Et c’est là que les difficultés débutent.

Car les décroissants ne veulent pas à leur tour subir les critiques qu’ils adressent à la politique. Comment ignorer une saine réticence libertaire vis à vis du Pouvoir : car, si nous l’obtenions, la question n’est pas de savoir ce que nous en ferions mais ce qu’il ferait de nous ? Lire la suite