Le libre échange, cet ennemi de l’écologie

Avec la généralisation du libre échange au monde entier, la distance entre les lieux de production et de consommation est devenue si importante que, contrairement aux époques précédentes, il est impossible de connaître l’origine des matières premières et les conditions de fabrication de la plupart de nos consommations de base. Cette situation historique inédite a enlevé au consommateur la possibilité de vrais choix et a tué dans l’œuf l’écologie politique naissante. Continuer la lecture de Le libre échange, cet ennemi de l’écologie

La richesse c’est le problème, vive la pauvreté !

La pauvreté – s’abstenir du superflu -, autrefois distinguée de la misère – manquer de l’essentiel -, fut pendant longtemps un idéal de vie en occident comme ailleurs : faire « vœux de pauvreté » était alors valorisé ( et la terre tournait rond ). Mais l’avènement du capitalisme a accouché d’une « civilisation de l’inégalité », dans laquelle « la richesse la plus inouïe côtoie la misère la plus abjecte » ( Tocqueville, 19ème s. ) et où « la misère chasse la pauvreté » ( Majhid Rahmena, 21ème s. ). Continuer la lecture de La richesse c’est le problème, vive la pauvreté !

A bas l’oligarchie, vive la démocratie

S’il suffisait de mettre en avant ce qui ne va alors cela ferait bien longtemps que les opprimés, les exploités, les méprisés auraient renversé le monde qui les écrase, les aliène, les écarte.

Voilà pourquoi la prise de conscience des « crises », des « catastrophes », et aujourd’hui c’est d’«  effondrement » qu’il faudrait parler, est certes absolument nécessaire mais politiquement totalement insuffisante. Voilà pourquoi les décroissants ne doivent pas se contenter de repérer et d’indiquer les « responsables » (en réalité ils n’ont que le « pouvoir » de nous imposer leur « irresponsabilité », et c’est trop), ils doivent aussi proposer des manières politiques de repolitiser notre vie commune. Continuer la lecture de A bas l’oligarchie, vive la démocratie

Le déferlement technologique : destructeur de ressources et du lien social

La haute technologie pénètre au cœur de notre quotidien et plus aucun geste de la vie courante ne se fait sans le support d’informatique embarquée. Tout doit être maîtrisé, rationalisé, mesuré, facilité, que ce soit au niveau des villes (« smart cities »), ou des individus. Continuer la lecture de Le déferlement technologique : destructeur de ressources et du lien social

Nous n’avons qu’une Terre

Si tous les humains vivaient comme des français, il faudrait disposer de 4 planètes. Dire halte à la croissance, vouloir simplement l’arrêter n’est donc plus suffisant. Il nous faut décroître vers des sociétés écologiquement soutenables et socialement décentes.

Notre projet politique a donc pour objectif de remettre l’économie à sa place, en la faisant chuter de son piédestal libéral Continuer la lecture de Nous n’avons qu’une Terre

Des candidatures « Les décroissant.e.s » aux législatives

Renouvelant l’expérience de 2012, la mouvance décroissante sera encore présente aux élections législatives de 2017. Regroupés sous une même étiquette nationale « les décroissant.e.s », 16 candidats ou candidates sont en effet présents dans des circonscriptions réparties sur tout le territoire. Ils disposent du matériel électoral nécessaire pour assurer la visibilité des idées de la décroissance : professions de foi, bulletins, affiches. Continuer la lecture de Des candidatures « Les décroissant.e.s » aux législatives

Affiche des décroissant.e.s aux législatives 2017

Nous avons élaboré une affiche commune pour nos campagnes, électorales ou non. Ainsi, si vous souhaitez en obtenir pour vous ou votre groupe local nous pouvons vous en envoyer par paquets de 100 minimums.

Pour cela vous pouvez faire un don à l’AdOC (Association des Objecteurs de Croissance): 30€ pour les non imposables, 50€ pour les personnes imposables (66% de déduction fiscale). Chèques à envoyer à AdOC, Pallières, 30140 THOIRAS. Plus de détails sur le fonctionnement de l’AdOC ici.

Télécharger l’affiche en cliquant ici.